en Février 2000 :

la réédition, à l'initiative de l'Association, de l'ouvrage

de Robert Mallet-Stevens consacré à la villa Cavrois "Une demeure 1934",

aux éditions Jean-Michel Place

une présentation du livre...

Une demeure aujourd'hui...

"Formulons un voeu. Il serait heureux que la jeunesse apprît à connaître les styles, l'histoire de l'art, l'existence des monuments du passé, à discerner les nécessites des temps présents lesquels commandent une architecture en harmonie avec eux. Et le jour où ce résultat sera acquis, l'urbanisme, la maison, le foyer familial, l'usine, le bureau seront tous différents de ce qu'ils sont. Le législateur, le médecin, l'ingénieur seront normalement les collaborateurs de l'architecte: la demeure française existera."

C'est par ces mots que Robert Mallet-Stevens achève le texte qui introduit la présentation de la villa Cavrois dans le numéro de L'Architecture d'Aujourd'hui du mois de novembre 1932. Publiée entre le numéro VII consacré à Auguste Perret et le numéro IX qui commente l'hôtel Latitude 43 de Georges Henri Pingusson, la vingtaine de pages du numéro VII, décrit dans le détail, tous les aspects de la demeure jusqu'aux systèmes d'éclairage conçus par André Salomon (1).

Deux années plus tard "une demeure 1934" est publié. L'Architecture d'Aujourd'hui choisi une déclinaison du périodique : demi-format présenté à l'italienne, reliure spiralée, une couverture en carton fort pour protéger les pages de textes et de photographies dont le papier, la couleur, la typographie et l'impression sont au premier coup d'oeil identifiés à la revue. "Une demeure 1934" ressemble aussi aux débuts d'une collection et d'une belle idée : un texte simple et des documents pour comprendre un édifice. La préface est signées de Jean Mistler alors Ministre des P.T.T. mais surtout ancien sous-secrétaire d'État aux Beaux-Arts. La présentation de Robert Mallet-Stevens sonne comme un manifeste : Demeure pour une famille nombreuse. Demeure pour une famille vivant en 1934 : air lumière, travail, sports, hygiène, confort, économie. Tel était le programme...

Quand Paul Cavrois, industriel du textile Roubaisien, propose à Robert Mallet-Stevens dés 1929 la conception de la maison. il rejoint le cercle très restreint des riches mécènes qui constituent les principaux commanditaires de l'architecture du mouvement moderne en France. L'architecte s'apprête à signer une de ses oeuvres les plus accomplies et achève la trilogie de ses grandes demeures commencée avec la villa Noailles à Hyères (1923-1933) et la maison de Paul Poiret à Mézy (1924-1930). La recherche de relations complémentaires entre l'architecture, l'industrie et la décoration, expliquent en partie la singularité du projet. La composition, la volumétrie, la texture et la couleur du parement de brique, les espaces intérieurs, les meubles et les dispositifs techniques mettent en scène une vie domestique entre le cadre luxueux des arts décoratifs et les tendances de l'avant-garde. Au moment de la fondation de l'Union des Artistes Modernes, Mallet-Stevens exploite dans cette oeuvre totale les capacités du décor à conforter ses objectifs plastiques.

Les vingt huit pages de "Une demeure 1934" qui célèbrent la construction se transforment rapidement en consécration internationale grâce à une large diffusion dans la presse et les ouvrages spécialisés. La réédition de ce document, devenu un incunable, survient à un moment où l'histoire mouvementée de la villa en arrive à un point critique après ces dix dernières années, de loin les plus difficiles pour l'édifice. Inaugurée en 1932, la villa est habitée dans son état initial jusqu'à la guerre. Occupée par l'armée entre 1939 et 1945, elle est, à partir de 1947, transformée par l'architecte Pierre Barbe qui, à la demande de la famille Cavrois, modifie une partie des espaces et du mobilier pendant plus de dix ans au gré de l'évolution familiale. Après le décès de madame Cavrois en 1986, la villa, alors en parfait état, est vendue à une société dont l'objectif principal est de lotir le vaste parc. La demeure, vidée de ses meubles reste à l'abandon. Les aléas des divers projets immobiliers accélèrent les dégradations, la demeure subit de nombreuses et graves détériorations. Elle est classée d'office au titre des Monuments Historiques à la fin de l'année 1990.

L'association de sauvegarde de la villa Cavrois lutte depuis la fin de l'année 1990 contre l'amnésie chronique qui saisit le dossier(2) en multipliant les initiatives de sensibilisation et de valorisation. La réédition de "Une Demeure 1934" fait partie des nécessités: un instrument documentaire pour la renaissance d'un monument qui attend toujours une restauration digne de son intérêt.

Richard Klein

  

1 Une photographie de la maquette de la villa Cavrois, présentée lors de la troisième exposition de l'Union des Artistes Modernes, était déjà reproduite dans la livraison de la revue des mois de janvier-février 1932. Robert Mallet-Stevens est par ailleurs membre du comité de patronage de la revue depuis le premier numéro de novembre 1930.

 

2 Quelques unes des plus prestigieuses figures de l'architecture contemporaine soutiennent l'action de l'association de sauvegarde de la villa Cavrois : Tadao Ando, Gae Aulenti, Léonardo Bénévolo, Oriol Bohigas, Mario Botta, Paul Chémétov, Giancarlo De Carlo, Christian Devillers, Norman Foster, Massimiliano Fuksas, Henry Gaudin, Herman Hertzberger, Coop Himmelblau, Steven Holl, Hans Hollein, Bernard Huet, Toyo Ito, Charles Jencks, Alexis Josic, Rob Krier, Yves Lion, Fumihiko Maki, Richard Meier, Frei Otto, Gustav Peichl, César Pelli, Dominique Perrault, Renzo Piano, Richard Rogers, Oswald Mathias Ungers, Aldo Van Eyck + et André Wogensky.

 

Association de sauvegarde de la villa Cavrois : 68 rue Jules Guesde, F 59170 Croix.

Sur l'Internet : http://www.nordnet.fr/mallet-stevens

e-mail : asvc@nordnet.fr

Cet ouvrage est en vente dans les bonnes librairies, au prix de 8 euros.

Pour visiter le site des Editions Jean-Michel Place,

cliquez sur l'image ci-dessus (dos de l'ouvrage).


Sommaire général | L'association | Le dossier | La villa

Plan du site | Cont@ct | Adhérez !